La vie du quartier Centre - Gare
Les ateliers de philosophie dans les écoles primaires de Strasbourg
Atelier de philosophie en classe de CE2 animé par Féris Barkat. ©Document remis

Et si la philosophie était enseignée dès le CE2 ?

C’est le souhait de Féris Barkat, jeune Strasbourgeois étudiant en philosophie et en science politique à Londres. Il a organisé des ateliers d’initiation à la philosophie à l’école privée Lucie Berger dans le quartier Centre Gare. Il aimerait pouvoir en faire bénéficier à plus d’écoliers à Strasbourg. 

Des séances pour philosopher et non apprendre la philosophie

Les échanges durent environ une heure. Ils sont axés sur divers thèmes : l’amour, l’autre, l’environnement ou sur des exercices comme le dilemme du Tramway. Des jeux de rôles sont également organisés pour mieux comprendre les enjeux sociétaux. La volonté de Féris Barkat est de transmettre et, ainsi, pouvoir aider avec la philosophie. Les élèves n’apprennent pas de définitions ou modes de pensées mais débattent sur des notions. Des questions leur sont posées, ils doivent par la suite réfléchir. “Sans qu’ils ne s’en rendent compte, ils ont vu Platon et Schopenhauer » nous explique-t-il d’un air jovial. L’initiateur du projet nous explique que la réflexion personnelle étant « valorisée », tous les élèves ont la capacité de prendre la parole. « J’étais étonné par leurs réponses et par leur curiosité, certains restaient après la fin du cours pour me poser des questions », avoue Féris Barkat.

Les professeurs ont « joué un rôle important » dans sa vie et il s’en inspire

Son projet est avant tout une histoire de passion pour la matière. Elle fut en effet importante pour lui et lui donna le goût du travail. A l’époque, Féris Barkat, encouragé par ses professeurs de philosophie et d’histoire au collège et d’autres enseignants qui l’ont aidé à développer ses capacités, s’oriente vers la philosophie et la science politique pour ses études supérieures. En fin d’année scolaire 2021, le jeune homme rend visite à son ancien maître de CM2. L’idée d’une initiation à la philosophie dans les écoles primaires émerge. Au cours de la discussion, le maître raconte que certains intervenants à l’école lisent des contes philosophiques. C’est donc tout naturellement que l’étudiant se propose en tant que maître novice de philosophie afin de transmettre une certaine sagesse ainsi qu’une capacité de réflexion aux plus jeunes.

Le “bouche à oreille”, comme il le décrit, lui a permis d’organiser une dizaine d’ateliers dans les classes CE2, CM1 et CM2. Il aurait été bien précoce selon lui de commencer cette initiation dès le CP, car l’on commence à écrire, et à poser des mots sur une feuille. Son premier supporter a été son maître d’école qui l’a aidé à trouver les contacts d’autres maîtres et maîtresses. Les écoles Lucie Berger dans le quartier Centre Gare à Strasbourg ainsi que l’école du Sud à Illkirch Graffenstaden sont les premières à avoir reçu ses ateliers. Quelle ne fut pas la surprise des maîtres et maîtresses des écoles accueillant cet atelier ! Les élèves en redemandaient : « ils ont adoré ça et ils pensaient que je reviendrais la semaine d’après ». L’initiateur ne demande qu’à revenir en classe en septembre. Il souhaite également toucher le plus d’écoliers possible.

Écoliers de l’Eurométropole de Strasbourg pourraient sortir des sentiers battus

« L’objectif de cet atelier est de ne pas formater les élèves mais de les pousser à réfléchir par eux-mêmes. Dans un monde où les réseaux sociaux sont de plus en plus présents dès la primaire, il est important de revenir à l’essentiel » nous confie Féris Barkat. Selon lui, ces moments passés avec les élèves révèlent une envie de participer, de parler et de donner un point de vue. Ces ateliers s’inscrivent hors des schémas traditionnels scolaires. Ils permettent à certains élèves en difficulté ou en manque de confiance de se revaloriser à travers leur participation active et enthousiaste.

C’est l’argument principal avancé par Jean-Charles Pettier dans sa thèse: La Philosophie en éducation adaptée, utopie ou nécessité ?  Une thèse en faveur d’un apprentissage de la philosophie avant la terminale, notamment pour les élèves en difficulté. Le documentaire réalisé par Cécile Denjean « le cercle des petits philosophes » démontre également l’épanouissement des enfants à travers l’enseignement de la philosophie . 1h 24 de film qui dépeint l’intelligence pleine de tendresse que peuvent avoir les enfants autour des thèmes tels que l’amour, la mort, la passion. La vulgarisation de ces ateliers en France est peut-être le début de changements en matière d’enseignement dans les écoles primaires.
Féris Barkat a permis aux écoles de tenter l’expérience et de se faire un avis sur la question. Lui même encore étudiant, il ne pourra assurer les cours de ses apprentis philosophes qu’en ce mois de septembre. Il a par ailleurs à cœur d’initier les mêmes ateliers dans les écoles de l’Eurométropole. Il souhaite léguer le flambeau à qui veut bien le reprendre. A l’image de l’allégorie de la caverne, ce nouveau venu pourra éclairer les écoliers encore enchaînés au fond de la grotte.

Anaïs Vuagnoux

à voir également dans cette catégorie

Actualité

L’écriture, une solution pour l’épanouissement du personnel des Ehpad ?