La vie du quartier Centre - Gare
©Ehpad Les Mésanges

L’écriture, une solution pour l’épanouissement du personnel des Ehpad ?

A cette question, Margot Schimpf, la directrice de l’Ehpad Abrapa Les Mésanges à Hoenheim, répond par l’affirmative. Pendant le premier confinement, de fin mars à la mi-mai 2020, elle a confié à l’auteure Beevy Jalma l’animation d’un atelier d’écriture pour toute son équipe. Les récits produits ont d’ailleurs été primés cet été dans le cadre d’un concours d’écriture. Le personnel de l’Ehpad a décidé de poursuivre sa thérapie douce. 

C’est depuis son bureau situé dans le quartier Centre à Strasbourg que Beevy Jalma, animatrice d’ateliers d’écriture, a fait éclore les talents rédactionnels du personnel de l’Ehpad Abrapa Les Mésanges à Hoenheim. Pendant le confinement, elle a organisé en visio des ateliers pour le personnel de l’établissement. « L’idée nous est venue au début du confinement en mars 2020. En interne, on a réfléchi à ce qu’on pouvait apporter à toute l’équipe pluridisciplinaire de l’établissement. On pressentait qu’il était important pour nous tous de faire quelque chose. La médecin salariée de l’établissement qui connaissait Beevy a eu l’idée de l’atelier d’écriture. Toutes les deux nous l’avons contacté » explique Margot Schimpf, la directrice. 

Des écrits primés au concours Journal de bord du Confinement

Sans obligation, sans contrainte, les personnes volontaires parmi les professionnels de l’Ehpad ont joué le jeu. Tous les jeudis, de 14h à 15h, elles se réunissaient dans une salle devant un écran en suivant les consignes données par l’animatrice. Dès le départ, Beevy leur propose de s’inscrire au concours Journal de bord du confinement. Le concours avait été lancé par la maison d’édition indépendante Librinova qui organise régulièrement des concours d’écriture afin de permettre aux auteurs amateurs ou confirmés de confronter leurs écrits. L’objectif de ce concours était en parfaite adéquation avec l’initiative portée par l’établissement, à savoir : offrir une espace de respiration, de liberté en racontant leur quotidien pendant l’épidémie, l’impact sur leur vie, les difficultés, leurs peurs et leurs espoirs. « A chaque séance, je leur proposais des sujets d’écriture qui leur permettaient de raconter ce qu’elles vivaient. Des lettres adressées aux membres de leur famille ou à des personnalités en passant par des recettes magiques ou encore une chanson parodiée, toutes ont pris la plume avec volonté et sensibilité. L’une des participantes a d’ailleurs rédigé un courrier au président de la république dont elle a reçu une réponse en retour. Il y a eu des moments de lecture très émouvants et des fous rires aussi », raconte Beevy. 

Les écrivains amateurs de l’Ehpad ont eu raison d’accepter la proposition. Car ils sont aujourd’hui lauréats du concours. Leurs récits ont été compilés dans l’ouvrage collectif Tous dans le même bateau – Tome 2 téléchargeable en ligne. 

Une cohésion d’équipe renforcée 

La directrice de l’Ehpad précise que « pour mettre en place une telle initiative il faut au préalable une belle entente au sein de l’équipe ». Ce qui est le cas aux Mésanges. Pendant les ateliers, il n’était plus question de hiérarchie. Pendant que certains s’évadaient à travers l’écriture, les autres assuraient volontiers la continuité du service.  « Le fait de découvrir d’autres facettes de la personnalité des uns et des autres a renforcé notre cohésion.  Ensemble, nous avons décidé d’éditer l’ouvrage à nos frais afin de le partager avec nos résidents, les familles des résidents et les autres membres de l’équipe », rajoute la directrice. 

A la question de savoir si elle conseille les ateliers d’écriture aux autres Ehpad, Margot répond sans concession : « J’encourage les autres établissements à le faire. Mais ça doit être une activité qui s’installe dans la durée. Ce n’est pas une mode qu’on suit et qu’on abandonne pour une autre.  Car notre travail au sein de l’Ehpad s’inscrit dans la durée. C’est important d’avoir cette bulle pour prendre le temps de se ressourcer et de donner en retour. On propose une idée en restant ouvert. On la propose au personnel à un moment précis. Celui-ci ne saura peut-être pas l’intéresser à l’instant mais au fil du temps trouvera un intérêt. C’est ce qui s’est passé avec les ateliers d’écriture. De nouveaux participants ont rejoint l’aventure ».
Les ateliers d’écriture ont repris depuis le 12 novembre 2020 et se poursuivront jusqu’en juin 2021 avec Beevy Jalma.

Quelques mots sur l’animatrice…

Beevy Jamla

Avant de quitter ses fonctions dans la protection de l’enfance en danger, Beevy Jalma était éducatrice spécialisée. Pendant 15 ans, elle a côtoyé enfants, adolescents et adultes en difficulté. En 2009, elle intègre un service d’investigation éducative où elle rédige des rapports pour le Tribunal judiciaire de Strasbourg, des recueils de témoignages d’hommes et de femmes en situation de grande fragilité. Peu à peu, l’écriture s’impose à elle. Elle se perfectionne en participant à des ateliers, puis devient auteure et animatrice d’ateliers d’écriture. Depuis septembre 2020, elle se consacre pleinement à l’écriture. 

Pour en savoir davantage sur Beevy Jalma et ses ateliers d’écriture : http://www.latelierdebeevy.fr/


Rédigé par Leyla Doup Kaïgama

à voir également dans cette catégorie

Actualité

Hopla courses, trouvez les drives et des produits en livraison à domicile dans votre quartier et aux alentours

Actualité

Et si la philosophie était enseignée dès le CE2 ?